Le cabinet de lecture

#vendredilecture mai

Voici les #vendredilecture du mois de mai sélectionnés par l’équipe

A emprunter dans vos #bib2paris préférées !

Les amnésiques de Géraldine Schwarz

Sur trois générations, la journaliste franco-allemande examine comment ses deux familles, celle de son père, fils d’un entrepreneur ayant appartenu au parti national-socialiste et celle de sa mère, fille d’un gendarme basé en Saône et Loire pendant l’Occupation ont vécu les événements survenus en Allemagne et en France depuis l’arrivée au pouvoir d’Hitler.
A travers son histoire familiale mais aussi une documentation historique et juridique rigoureuse, elle interroge la responsabilité du peuple allemand et le travail sur la mémoire collective dans toute l’Europe.
Un essai dense et pertinent qui se lit d’une traite.

visuel Electre

Nathalie

Station Eleven de Emily St John Mandel

Arthur Leander interprète Le Roi Lear à Toronto quand il s’écroule sur scène. Il est l’une des premières victimes de l’épidémie de grippe qui va décimer la civilisation. Une vingtaine d’années après, une troupe théâtrale parcourt des kilomètres pour jouer du Shakespeare aux petites communautés de rescapés qu’ils croisent et insuffler un peu d’espoir et d’humanité dans ces étendues désolées.
Avec une construction intelligente entre passé et présent, des personnages attachants et des images fortes, Station Eleven est un beau roman de science-fiction pas comme les autres, mélancolique et poétique. Un bel hymne à l’art qui permet de survivre et de refuser la barbarie, ainsi qu’une réflexion sur la fragilité et le caractère éphémère de notre monde moderne.

visuel Electre

Cécilia

La montagne de l’âme de Gao Xingjian, prix nobel de littérature

« Toi-même, tu ne sais pas clairement pourquoi tu es venu ici. C’est par hasard que dans le train tu as entendu quelqu’un parler d’un lieu nommé Lingshan, la Montagne de l’Ame. »
Ce roman/récit est un immense voyage au cœur de la Chine mais c’est aussi un voyage intérieur… fait de questionnements autant sur les êtres que sur l’art d’écrire. Riche aussi de rencontres surprenantes et d’une grande sensualité. Un renvoi incessant à la relation à l’autre aimé, aux autres et à soi-même avec des styles divers qui se succèdent d’un chapitre à l’autre.
Amie lectrice, ami lecteur, il te faudra accepter de perdre tous tes repères pour accéder à la montagne de l’Ame. Allez, viens…tout voyage est une perte mais au bout de ta route tu trouveras un trésor.

visuel Electre

Magali

Climats de France  de Marie Richeux

“Climat de France”, c’est le nom d’un bâtiment construit à Alger par François Pouillon, un architecte qui a laissé son empreinte à Meudon-la-Forêt également. C’est aussi le point commun qui relie les personnages de ce récit touchant qui relate des fragments de vie entre Meudon-la-Forêt et Alger : Malek, Marie…
Ce livre est une sélection « Premiers Romans » dont voici les résultats ICI

visuel Electre

Fabienne
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s