Le cabinet de lecture

#mercrediBD octobre 2018

Retrouvez les #mercrediBD sélectionnés par l’équipe en octobre ! A emprunter ou réserver à la bibliothèque.

Il faut flinguer Ramirez de Nicolas Petrimaux
Rapide, discret et efficace, Jacques Ramirez a tout de l’employé modèle. Expert en aspirateurs, toujours prêt à donner un coup de main, il fait les beaux jours de l’entreprise d’électroménager Robotop, perdue dans une petite ville de l’Arizona.
Une vie normale que rien ne semblerait pouvoir troubler… jusqu’au jour où sa route croise par hasard celle de deux membres d’un puissant cartel mexicain. Pour eux, aucun doute possible : Ramirez n’est pas l’employé muet et inoffensif qu’il prétend être mais un des pires assassins que le Mexique ait jamais connu. Ils sont persuadés que derrière l’expert en aspirateurs se cache un as de la gâchette, ancien tueur à gages à la solde de leur patron, évaporé dans la nature après avoir trahi l’organisation criminelle. Une véritable chasse à l’homme va alors s’engager !
Avec ce premier tome, Nicolas Petrimaux nous embarque dans une histoire digne d’un film « tarantinesque ». Des dialogues ciselés à la perfection, un rythme effréné et beaucoup d’humour, l’auteur frappe un grand coup pour son premier album solo !

Jean-Baptiste
La tragédie brune de Thomas Cadène et Christophe Gaultier d’après le livre éponyme de Xavier de Hauteclocque
En 1933, Xavier de Hauteclocque, journaliste, aristocrate, ex-militaire, germanophile et germanophone a couvert les élections législatives d’une Allemagne dont il louait le réveil national tout en dénonçant quelque peu les agissements d’Hitler.
En novembre 1934, à la demande de l’hebdomadaire politique et littéraire parisien de droite Gringoire, il fait le récit au jour le jour de son incursion dans le régime totalitaire nazi en pleine expansion. L’Allemagne s’est couvert d’une chape de plomb, l’esprit de revanche est exalté, le pays se réarme, les rues sont vidées de leurs pauvres et de leurs prostituées envoyés dans des camps de travail. Retrouver ses anciens indics s’avère compliqué tant pèse la crainte des représailles. Harcèlement et traque des juifs, arrestation d’opposants politiques vers des camps d’internement, plus personne n’ose s’élever contre le régime hitlérien. C’est là un virage aussi hallucinant que rapide dont le journaliste va rendre compte pour alerter l’opinion sur cette société en marche vers la prochaine guerre.
Lors de son dernier séjour en février 1935, Il fut empoisonné par les nazis et mourut peu après.
Cette adaptation instructive rend un hommage mérité à ce héros méconnu. La reconstitution historique de la société de l’époque au trait épais et sombre – caricatural si besoin – signée Christophe Gaultier s’appuie sur le texte original descriptif et précis dont nous trouvons la première partie publiée en fin de volume. L’intégralité est aujourd’hui rééditée exclusivement en numérique aux éditions Les Arènes.

Isabelle
Stig et Tilde : l’île du disparu de Max de Radiguès
Comme tous les enfants de 14 ans dans leur ville, les jumeaux Stig et Tilde doivent partir sur une île et y vivre sans leurs parents pendant un mois, en guise de rite de passage dans le monde des adultes. Mais leur bateau s’échoue sur la mauvaise ile, apparemment déserte. Pendant que Stig essaie de réparer le bateau, Tilde explore l’ile et fait une étrange rencontre. Avec un dessin simple et efficace, Max de Radiguès nous emmène dans une quête initiatique flirtant avec le fantastique, très agréable à lire, dès 9 ans. Premier tome d’une série, la suite doit sortir prochainement !

Cécilia
Pline de Mari Yamazaki et Miki Tori
Après Therma Romae, Mari Yamazaki et Miki Tori nous replongent dans la Rome antique : août 79, le Vésuve crache sa fureur sur Pompéi sous les yeux de Pline l’Ancien, émissaire de Rome et surtout naturaliste à l’esprit curieux. Il fait la rencontre d’Euclès, un jeune érudit, et le recrute comme scribe. Les deux mangakas revisitent avec les codes des productions nipponnes le destin de Pline : intrigues à la cour du despote Néron, remèdes contre les crises d’asthme. Le graphisme est précis, on s’y croirait! Déjà 6 tomes
Fabienne
Avni de Romain Pujol et Vincent Caut
Avni est un drôle de petit animal tout bleu, tout en rondeur et doté d’une panoplie de pouvoirs surnaturels : membres élastiques, changement de couleur, invisibilité, dédoublement corporel, gloutonnerie. Ces bizarreries font de lui la star de la récré et le copain idéal de ces petits camarades de classe toujours prompts à jouer, faire des bêtises ou conter fleurette aux jeunes demoiselles. Cet Animal Vraiment Non Identifié facétieux et attachant nous amuse par son espièglerie à travers de courtes histoires pleines de gaieté.
Nathalie

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s